1. Effacer
  2. Géolocalisation Effacer
Le Mag

Coup de jeune dans les métiers des services à la personne ?

Dans les métiers des services à la personne (SAP), on distingue trois grandes familles : les services à la famille, les services de la vie quotidienne et les services aux personnes dépendantes. Cette dernière est la branche qui emploie le plus et où la demande est la plus forte : l’aide aux personnes âgées, dépendantes et handicapées.

 

Assistante de vie aux familles,  un métier qui recrute

L’assistante de vie aux familles (ADVF) accompagne les personnes âgées dans tous les gestes de la vie, du lever au coucher : toilette, repas, courses, entretien du logement, sorties… Elle stimule la personne sur les plans physique et mental afin d’entretenir son autonomie. Cela permet à la personne âgée de pouvoir rester chez elle.

Les fonctions sont plus diversifiées et techniques que celles d’une aide ménagère, puisqu’il s’agit d’accompagner et aider la personne dans les activités de la vie sociale et relationnelle. Les prestations d’animations culturelles et artistiques pour des personnes gravement malades ou en fin de vie maintenues au domicile font partie des services admissibles.
L’assistante de vie aux familles doit avoir une bonne connaissance des personnes âgées : connaissance des pathologies liées au vieillissement, de bonnes notions d’hygiène et doit être armée psychologiquement pour l’accompagnement à la fin de vie.

 

Vous pouvez consulter ici la fiche métier des auxiliaires de vie près de chez vous ! : http://www.sefaireaider.com/seniors-autonomie-handicap-confort/auxiliaire-de-vie/pres-de-chez-moi.html

 

35 000 emplois chaque année dans le secteur !

 D’ici 2015, le nombre de personnes âgées de plus de 70 ans augmentera chaque année de près de 1 %. Pour beaucoup l’objectif sera de continuer à vivre chez eux. Ce qui impliquera le développement de l’aide aux actes de la vie quotidienne (ménage, préparation des repas, entretien de la maison…). Autant de possibilités de développer des emplois ouverts à des nouveaux venus sur le marché du travail. On estime en effet que, d’ici 2015, ces activités pourraient créer près de 35 000 emplois chaque année. Les personnes âgées auront véritablement besoin de trouver des services de proximité et de sefaireaider.
shutterstock_46932436

Un diplôme pour une meilleure valorisation de la filière 

Parmi les formations préparant à ces métiers, on peut notamment citer le diplôme d’État de technicien de l’intervention sociale et familiale et le diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale. Ces deux diplômes sont ouverts à tous, mais chaque centre de formation organise une épreuve de sélection écrite et orale. Autre formation envisageable, le BEP (brevet d’études professionnelles) carrière sanitaire et sociale, mention complémentaire aide à domicile.
Pas assez reconnus, souvent mal payés, ces métiers manquent d’attractivité, d’autant qu’ils sont en concurrence directe avec des postes plus attractifs comme les métiers de la petite enfance, les postes d’agent d’entretien, voire d’aide-soignante.

 

Crédit ou réduction d’impôts : optez pour le meilleur choix fiscal 

 Lorsqu’un contribuable est imposable, le montant d’une réduction d’impôt vient en déduction de son impôt.
Mais si la personne n’est pas imposable, la réduction d’impôt perd toute utilité puisque la soustraction est appliquée à une dette fiscale qui est égale à zéro.

Pour cette raison, le crédit d’impôt est plus intéressant :

-si la personne est imposable : le crédit s’impute sur son impôt dû et vient le réduire d’autant
-si la personne est non imposable : le fisc lui verse néanmoins une somme équivalente au montant du crédit dont elle bénéficie.

 

Avantages fiscaux pour l’emploi direct de l’aide à domicile :

 

Se faire aider à son domicile ouvre droit à des avantages fiscaux : soit à réduction soit à crédit d’impôt dans certaines conditions

Pour bénéficier d’avantages fiscaux sur le financement d’un salaire d’aide à domicile, il faut que l’aide à domicile :

– soit salariée de la personne âgée contribuable,
–  ne soit pas membre de son foyer fiscal = ne pas être à la charge de la personne âgée contribuable,
– réalise les prestations suivantes : ménage, préparation de repas, courses, garde malade, assistante de vie

Les emplois d’aides à la personne sont ouverts à tous les demandeurs d’emplois de plus de 18 ans. Au-delà de la professionnalisation de plus en plus requise pour évoluer dans ces métiers, il est nécessaire d’avoir en tête les qualités humaines pour exercer avec talent et satisfaction cette profession. Le réconfort, la patience, l’écoute et le dialogue sont des qualités souvent primordiales. Ce type de travail suppose en général de nombreux déplacements et donc la possession d’un permis. Attention donc à ne pas se lancer sans avoir bien appréhendé toutes les facettes de la profession.

 

Bon à savoir :

 

Créé en 2005, le CESU permet aux particuliers employeurs d’embaucher et de rémunérer de façon simplifiée un salarié, à la seule condition que cela entre dans le cadre des « services à la personne ». Concrètement, le salarié reçoit un chèque de son employeur sur lequel figure sa rémunération nette. Ce dernier peut alors envoyer le volet social qui accompagne ce chèque au CESU (le centre national des chèques emploi service) qui se charge de tout le dispositif.

 

SeFaireAider est partenaire de la FEPEM, Fédération des Employeurs Particuliers.

http://www.fepem.fr/accueil