1. Effacer
  2. Géolocalisation Effacer
Le Mag

Nathalie Tissot, psychologue : « avant tout un travail d’écoute »

Nathalie Tissot accompagne les enfants, les adolescents et les adultes au cours d'une psychothérapie. Psychologue clinicienne, mais aussi psychothérapeute, elle partage avec les utilisateurs du site SeFaireAider.com son expérience et le regard qu'elle porte sur son métier.

Avez-vous toujours voulu devenir psychologue ?

C’est au cours d’une analyse personnelle que j’ai décidé de devenir psychologue. Je travaillais alors dans le secteur de la santé. À l’écoute des autres et au travers de mon analyse, j’ai eu envie d’être psychologue pour transmettre quelque chose de ce travail de la parole qui permet de faire émerger son désir. De s’appuyer sur une parole qui fait changer le cours des choses à notre insu car le désir se met en place avec le temps.

Vous êtes à la fois psychologue et psychothérapeute : pourriez-vous nous expliquer les différences et les synergies entre ces deux disciplines ?

En fait, pour exercer la psychologie, il faut obtenir un Master professionnel. Il faut s’inscrire à l’ARS (ndlr : Agence Régionale de Santé) pour obtenir le titre de Psychothérapeute et recevoir des patients et de proposer des psychothérapies pour enfants, adolescents et adultes.

Enfants, adolescents ou adultes, vous vous adressez à un public varié. L’âge de votre patient change-t-il forcément votre approche thérapeutique ?

Pas forcément, le travail du psychologue et avant tout un travail d’écoute et ensuite, en fonction de sa formation, de sa sensibilité on peut travailler avec les enfants, les ados, les adultes. Cependant, avec les enfants, il faut souvent un support : le dessin, le jeu qui lui permettent de décrire une scène de sa vie psychique facilitant la parole.

Va-t-on forcément vous consulter pour répondre à un mal-être ?

Souvent, c’est la demande initiale. Mais les raisons sous-jacentes sont généralement plurielles et l’événement considéré comme à l’origine du mal-être n’est alors qu’un déclencheur.

Que conseilleriez-vous à nos lecteurs tentés par le métier de psychologue ?

De faire une psychanalyse en complément de ses études, car la formation repose essentiellement sur sa propre remise en question! Le diplôme s’est ce qui permet d’exercer plus facilement, par contre la théorie, la pratique en institution ne suffit pas, il faut faire l’épreuve de sa propre parole, pour entendre ce que l’on nous dit.

SeFaireAider remercie Nathalie Tissot pour sa disponibilité. Elle nous livre ici un regard sincère sur son métier.