1. Effacer
  2. Géolocalisation Effacer
Le Mag

Sites de trading : stop au racolage publicitaire en ligne

Mercredi 8 avril, Michel Sapin, ministre des finances, a reçu une proposition de l’Autorité des marchés financiers. Cette dernière demande l’interdiction des publicités en ligne concernant des produits financiers dangereux.

Une pratique de plus en plus commune

Les publicités sur les pages web fleurissent un peu plus chaque jour. Mais certaines sont plus dangereuses que d’autres. C’est le cas des annonces pour des sites de trading peu scrupuleux, qui occultent consciemment des informations essentielles à la bonne compréhension de leurs prestations. La promesse de gain est considérable et sacrément alléchante et tout est fait pour convaincre les utilisateurs qui s’y hasardent de dépenser le plus d’argent possible à ceux qui tentent l’expérience.

Qu’est-ce que le trading ?

Les internautes sont interpellés par une forte somme d’argent à gagner facilement, en investissant leurs propres économies. De ce fait, en cliquant sur la bannière publicitaire, ils sont redirigés vers un site qui propose différentes actions financières. Un numéro est à composer et au bout du fil un « conseiller » suggère de suivre une formation pour devenir un parfait petit trader.

La machine est en route et les mises sont de plus en plus grosses. Les relances des « coachs financiers » se multiplient, appelant à toujours donner plus pour gagner plus. Dans le contexte économique actuel, tomber dans le piège est aisé. Par conséquent, le nombre de victimes s’accroît un peu plus chaque année.

Les réclamations des particuliers à propos de ces pratiques sont passées de 666 en 2013 à 1 293 en 2014 – source AMF

Un pari risqué

Un tel processus amène généralement neuf personnes sur dix à perdre de l’argent. Entre 2009 et 2012, plus de 13 000 victimes ont été recensées en France. Leur perte s’élève à 175 millions d’euros au total. Un coup de poker qui coûte vraiment très cher.

Et pour récupérer l’argent qui n’a pas été perdu, la démarche est également périlleuse. En effet, des conditions assez floues sont exigées. Il s’agit, la plupart du temps, d’un montant de transaction minimum à atteindre ou d’un temps d’activité défini à accomplir.

L’AMF réagit

Après de nombreuses plaintes et des dégâts financiers conséquents pour les personnes arnaquées, l’Autorité des marchés financiers prend le dossier en main. En se faisant passer pour des clients mystères, l’AMF a réussi à placer de l’argent sur neuf sites sans qu’aucun ne lui demande de justificatif d’identité. Un communiqué indique que cette opération a eu pour but d’ « évaluer concrètement les pratiques commerciales des sites de trading en ligne ».

Le gendarme de la bourse, comme elle se fait appeler, a proposé l’interdiction de cette publicité en ligne racoleuse. Sont visées celles qui ont pour objet « les produits les plus toxiques ». L’Institut national de la consommation s’allie à l’AMF pour que cette pratique cesse. Enormément de monde sont concernés puisque ces campagnes sont intrusives et s’affichent partout durant la navigation.

C’est « un vrai fléau qui crée des drames humains »Bertrand de Juvigny, secrétaire général de l’Autorité des marchés financiers

Alors restez attentif et ne vous faites plus avoir ! Si vous souhaitez investir, faites appel à un conseiller financier sérieux sur SeFaireAider.